Les épines

Page de couverture

Antonin Lorran est né au milieu du siècle dernier.

Il apparaît comme une météorite qui a traversé le ciel littéraire français en y laissant une trainée poétique lumineuse et singulière.

Même si le genre poétique est tombé en désuétude, la lecture de cette œuvre unique ne peut laisser insensible.

Antonin Lorran y affirme une réelle personnalité et un authentique lyrisme en mettant le quotidien en poésie.

Une véritable découverte.
Une invitation à le lire.

Avec force et simplicité, les poèmes d’Antonin Lorran universalisent la douleur d’aimer et placent la solitude comme son corollaire inéluctable.

Aimer fait souffrir.
Souffrir fait écrire.
Les verbes créent les maux.
Et sa plume, à fleur de peau, revendique un impérieux besoin de souffrance pour libérer tous ses mots et lui permettre d’accomplir son grand œuvre.
Plonger au plus profond du désespoir, explorer l’indicible et devenir ce que l’on naît : là est la véritable transformation du poète, là est son chemin de vie.

Vivre sa vie 

Vivre sa vie
Jour après jour
Sans rien espérer ni vouloir
Sans même s’en apercevoir
Sans rien demander
Sans amour
 
Vivre sa vie
Tout simplement
Dans son petit coin
Avec la rigueur tranquille de l’automate
Qui frappe toujours
Du même bras
Le même tambour
Au même endroit
Sans en faire éclater la toile
 
Vivre sa vie
Sans horizon à portée de main
Sans même une étoile
A accrocher quelque part
A la boutonnière de son ciel

Vivre sa vie
Dans l’indifférence
Et savoir que demain qui vient
Va ressembler à hier
Qui s’en va déjà à son tour
Rejoindre les autres jours
Passés sans mot dire
Sans mot d’amour
Sans qu’il ne se soit rien passé
Demain va venir
Qui est déjà souvenir
Se dire tout cela
Chaque jour
Sans rien ni pouvoir faire
Sans force dans la chair
Un peu comme une bête
Boire manger dormir
Pour ne pas mourir …
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *